Cette phrase, on l’a entendue plus de la fois.

Cette phrase, on l’a entendue plus de la fois.

Seulement voila, on n’y est en mesure de pas grand chose : en amour, on est jalouse.

Ou plutot, en ce moment, en amour, on reste jalouse. Manque necessairement des rencontres que pourrait Realiser, 1 jour ou l’autre, notre mari, mais d’une personne qui possi?de deja croise sa life et marque son esprit. Au fer rouge, Afin de etre precise. Le ex.

Appelons-la “N”. “N” est une femme, et pas n’importe laquelle. Une femme qui possi?de les qualites de nos defauts, et fera forcement tout plus que nous. On le sait, on l’a decouvert i  propos des reseaux sociaux – on a aussi cree 1 faux compte pour la suivre discretos. On n’est nullement fiere, mais vous devez votre qu’il faut.

Ce sentiment qu’on ne connaissait moyennement avant, qui mele l’envie, la colere et l’admiration, nous a retourne un mardi alors qu’on regardait les photos de une conjoint·e pendant sa propre douche. On reste allee un tantinet trop loin au moment, plus ou moins volontairement, et on reste tombee via sa vie plusieurs mois, annees avant qu’on n’y entre. Plusieurs dizaines de photos de vacances, de selfies qui n’avaient vraisemblablement pas ete effaces avec un proprietaire. Aie.

Aussi sure etait-on de notre couple a l’epoque, on a quand aussi flanche. Ce n’est pas tres agreable de voir de l’ensemble de ses propres yeux a quel point il·elle etait amoureux·se, heureux·se tout seul . D’ailleurs dans ces cas-la, notre coeur s’emballe plus que une raison ne reussit a l’apaiser. On se compare, on se fait des films, ainsi, par la meme occasion, des difficultes. En outre on se exige : pourquoi sont-ils encore proposees, ces cliches ? Erreur du cloud ou volonte de les garder Afin de s’y replonger chaque jour avant de se coucher ? Notre cerveau, decidement quelque peu maso, a decide de croire a la deuxieme hypothese. Ainsi que s’y accrocher dur comme fer.

Depuis, votre mecanisme nocif s’est assis. Une obsession quotidienne dont l’objet n’est nouvelle que “N”. Son apparence, sa personnalite, sa vie, l’interet que l’etre aime·e lui a i  nouveau, qu’on fantasme malgre nous. Et qui nous ronge un brin constamment. Nous, puis notre relation. Car impossible de ne pas questionner l’autre, plus ou moins subtilement et plus ou moins amerement. Ca part en vrille, on sent que ce n’est bon pour personne et qu’on finira par tout gacher. Bref, il convient que ca cesse.

Mais De quelle fai§on Realiser pour couper court a ce schema toxique et auto-destructeur sans y laisser trop de plumes ? Plusieurs experts donnent certains pistes et rassurent surtout : non, on n’est pas folle et oui, ca se soigne.

Analyser la veritable origine du probleme

“J’ai jalousie est une emotion humaine fort normale”, affirme le psychotherapeute Owen O’Kane, a Stylist. “Les details du passe de votre partenaire evoqueront naturellement 1 sentiment de jalousie, de comparaison ou desfois un sentiment d’inadequation. Reconnaitre votre fait et en parler est une experience humaine saine”.

Rien de en gali?re a ne point arpenter apres les anecdotes de ses amours anterieures, donc. Ni aussi a eprouver une curiosite a double tranchant qui pousse a en connaitre plus, puis a regretter d’avoir demande. L’important etant de ne pas garder ca pour soi, et d’en parler avec le webmaster qui partage une vie. A Psychology Today, le psychologue Robert L. Leahy appelle egalement a normaliser ces sentiments. Et surtout, a ne pas s’auto-flageller en permanence : “Ne pensez jamais que vous etes folle parce que vous [etes jalouse]”, lance-t-il.

Ca evoque, les deux specialistes invitent a surveiller une comportement – et ses derives dangereuses – de pres : “Si vous devenez bloque·e ou obsede·e par l’emotion [de jalousie], ce qui pourra entrainer de nombreux detresse et de nombreux autres problemes relationnels”, previent Owen O’Kane. “De surcroi®t, Il semble bon de se rappeler qu’elle reste souvent alimentee avec l’insecurite personnelle et n’a pas grand-chose a voir avec l’autre personne.”

L’insecurite personnelle. Ou plutot, nos insecurites personnelles. D’apres l’expert, ce seront les reelles responsables de l’etat dans lequel on se met si on crois a l’ex. Et c’est justement en analysant l’origine du probleme et en l’acceptant, que l’on va s’en affranchir.

Car si on fouille, ce n’est pas vraiment “N” qui detruit une sante mentale a petit feu. C’est notre manque de confiance en soi, voire en l’autre, qui en est la cause. Et la crainte d’affronter cette realite minimum rejouissante provoque votre transfert nefaste. Une comparaison ravageuse, qui a des chances de nuire a une relation. “Notre jalousie est en mesure de saboter nos relations”, assure le psychotherapeute, “mais vous avez le pouvoir d’empecher que cela n’arrive.”

Vivre davantage au present

Pour votre faire, plusieurs techniques, qui tournent principalement autour tout d’un meme axe : se focaliser sur “ici et maintenant”, plutot que de regarder dans un passe qui, de surcroit, ne nous appartient jamais.

“Concentrez-vous i  propos des qualites et les forces que vous apportez a la relation, parlez avec la mari Afin de l’aider a comprendre mais ne cherchez gui?re a etre rassure·e continuellement car ce qui aggrave le souci, cessez de chercher des informations sur l’ex”, enumere en particulier l’expert. “Et concentrez-vous davantage sur toutes vos projets d’avenir et via ce que vous avez”.

Robert L. Leahy rappelle egalement qu’il sera essentiel de “realiser que celui-ci y a une raison pour laquelle le passe reste au passe”. Certes. Il developpe : “bon nombre de relations se terminent Afin de de bonnes raisons. Peut-etre que les relations passees de ce mari ont pris fin parce que l’un·e des 2, ou les deux, ne s’y retrouvaient plus.” Et le psychologue d’insister : “Si une telle relation a commande fin, il se peut qu’elle ne soit plus importante Afin de la mari.” Et qu’on projette votre truc inexistant, en gros.

Loin de culpabiliser celle qui rumine, alias nous, ces conseils visent seulement a prouver que nos angoisses ne sont pas fondees. Ou du reste, que la source n’est pas celle qu’on croit. Et encouragent a agir pour aller mieux.

Nicola, 27 ans, explique avoir reussi a mettre le doigt sur son probleme, ainsi, travailler a le gerer solo. “J’ai besoin que mon copain me rassure beaucoup via votre que celui-ci ressent pour moi”, livre-t-elle a Refinery29. “Je suis reellement consciente que ce sont les propres insecurites qui provoquent votre jalousie, et il n’a pas grand chose fait pour que je ressente ce qui, alors j’essaie de ne point laisser les propres problemes d’estime de soi se mettre en travers de la solide chose.”

Justement, votre “bonne chose”, il va i?tre essentiel d’la garder online de mire. Et faire de son bien-etre perso, comme avec l’autre, une priorite. Owen O’Kane conclut : “c’est bon de se rappeler que si vous vous fixez sur un moment revolu, il y a peu de chances que vous profitiez pleinement de votre que vous avez ici et dorenavant. Votre mari est maintenant avec vous ; des fois, vous devez juste lui faire confiance”. Aussi, a nous de jouer.